L’heure de la micropolitique

L’heure de la micropolitique

À l’époque de la modernité, la politique a été pensée de façon essentiellement institutionnelle ou contestataire de l’institution. Le pouvoir central était l’enjeu des pratiques et des luttes politiques. Quand les mécontents étaient trop nombreux, on assistait à des mouvements de colère, voire à des insurrections. Aujourd’hui, on assiste à une implosion. On ne se mobilise plus, on se détourne. Non seulement les pouvoirs officiels sont de plus en plus impuissants, mais l’abstention ne cesse de progresser. D’autant plus coupés du peuple qu’ils veulent être « proches de lui », les politiciens ont beau assurer de façon pathétique leur « souci de transparence », leurs programmes n’intéressent plus.

Ceux qui ne comprennent pas que le monde a changé s’en désolent. Voyant s’effacer leur paysage familier, ils éprouvent un sentiment de dissolution. Ils confondent la fin d’un monde – le leur – et la fin du monde. Ils oublient que l’histoire est ouverte, et que ce qui se défait annonce des recompositions nouvelles. Comme la vague, dit Michel Maffesoli, qui avance alors qu’elle paraît reculer.

Il ne faut pas en effet se tromper sur ce mouvement de retrait, en l’interprétant par exemple comme une « désertion » de type classique. Il s’agit en effet d’une nouvelle secessio plebis. Comme parfois chez l’individu, le corps ne suit plus. Mais ici, c’est du corps social qu’il s’agit. Dans un mouvement de sédition instinctive, ce corps social se dérobe à la conscience de l’institution, de la puissance sociétale. Il ne se reconnait plus dans l’institué, dans la classe politique. Ce n’est pas qu’il est devenu indifférent à tout. C’est seulement qu’il a compris que la vraie vie est ailleurs.

Cette dynamique est déroutante parce que, contrairement à ce que l’on voyait autrefois, elle ne se finalise pas. Elle n’est pas guidée par de vastes théories, et ne se fixe pas de grands objectifs à atteindre. Les grandes notions abstraites (patrie, classe, progrès, etc.) à la lumière desquelles on avait voulu changer le monde pour le rendre meilleur, avec pour seul effet de le rendre pire, apparaissent désormais comme vides de sens. L’Histoire (avec une majuscule) est désertée au profit des histoires particulières, les « grands récits » au profit des narrations locales. Après quinze siècles de doctrines qui prétendaient dire comment le monde devait être, on en revient à l’idée que le monde doit être pris tel qu’il est. Il ne faut pas avoir peur de ce mouvement, de ce foisonnement à la fois opaque et prometteur.

La mondialisation, qui constitue désormais le cadre de notre histoire, n’est pas moins paradoxale. D’un côté, elle est unidimensionnelle, semblant provoquer partout l’extinction de la diversité sous toutes ses formes. De l’autre, elle entraîne une fragmentation inédite. Ce faisant, elle restitue la possibilité d’un mode de vie « autopoïétique », fondé sur l’auto-organisation à tous les niveaux, et d’abord la possibilité d’un type de pratique démocratique qui était devenu impossible dans des ensembles unitaires trop grands.

L’action locale permet en effet d’envisager un retour à une démocratie directe, de type organique et communautaire. Une telle démocratie, prenant en compte aussi bien le moment de la délibération que celui de la décision, implique d’abord une large participation. Elle repose ensuite sur les notions de subsidiarité et de réciprocité. Subsidiarité : que les collectivités puissent le plus possible décider par elles-mêmes pour ce qui les concerne, en ne déléguant au niveau supérieur que la part de pouvoir qu’elles ne peuvent exercer. Réciprocité : que le pouvoir de décider donné à quelques-uns soit assorti du pouvoir donné à tous de contrôler ceux qui décident. Une telle démarche répond à la définition du pouvoir donné par Hannah Arendt, non comme une contrainte, mais comme un pouvoir de faire et d’agir ensemble. Elle revient à penser la vie politique à partir de la notion d’autosuffisance, en cherchant à créer les conditions de cette autosuffisance à tous les niveaux : familles élargies ou recomposées, communautés de quartier, de villes et de régions, comités locaux, systèmes intercommunaux, écosystèmes et marchés locaux.

La Révolution de 1789, consacrant les droits de l’individu indépendamment de toute appartenance communautaire, a voulu mettre fin au système des associations, auquel elle reprochait de faire écran entre l’individu et l’État souverain. Rousseau n’était pourtant pas hostile au régime associatif, dont Tocqueville devait faire après lui l’un des outils de la liberté. Au XIXe siècle, le modèle de la représentation n’a cessé d’être concurrencé par celui de l’association. « L’idée proudhonienne du fédéralisme, rapporte Joël Roman, fut explicitement proposée en opposition à la représentation politique, et le mouvement ouvrier naissant se retrouva davantage dans la notion d’association » (La démocratie des individus, Calmann-Lévy, 1988, p. 129). Ce modèle a par la suite inspiré les expériences les plus diverses (conseillistes, communautaires et coopératives). Il renaît aujourd’hui, avec une portée nouvelle.

La notion de communauté est directement liée à celle de démocratie locale. En même temps qu’une réalité humaine immédiate, la communauté est un instrument de création de l’imaginaire social. C’est à partir d’elle qu’il est possible aujourd’hui de recréer le collectif. La dimension collective associe ceux qui ont une cause à faire valoir en commun : appartient à ma communauté celui qui, dans la vie de tous les jours, est confronté aux mêmes problèmes que moi. Mettre l’accent sur les communautés revient à réhabiliter les « matries » charnelles, concrètes, à côté de la patrie abstraite, surplombante, anonyme et lointaine. Ce réenracinement dynamique, ouvert, n’est pas de l’ordre de la régression, de la clôture ou du sur-place. Il privilégie les notions de réciprocité, d’entraide, de solidarités de proximité, d’échanges de services et d’économies parallèles, de valeurs partagées. La résistance à l’homogénéisation planétaire ne peut se faire qu’au niveau local.

Penser globalement, agir localement : tel est le mot d’ordre de la micropolitique. Il s’agit d’en finir avec l’autorité et l’expertise qui viennent d’en haut, édictant à partir du sommet de la pyramide des règles générales, en même temps qu’avec une société où la richesse augmente au même rythme que se défait le lien social. Contre la mentalité d’assistance et l’État-Providence, il s’agir de travailler à la reconstitution de réseaux de réciprocité, à la resocialisation du travail autonome, à l’apparition de nouvelles « niches » sociales, à la multiplication des « nœuds » au sein des « réseaux ». Il s’agit de faire réapparaître l’« homme habitant » (Pierre George) par opposition à l’homme qui n’est que producteur ou consommateur. Il s’agit de remettre le local au centre, et le global à la périphérie. Retour au lieu, au paysage, à l’écosystème, à l’équilibre. La vraie vie est ailleurs !

Robert de Herte, Éléments n°100, 2001.