Éléments n°132 : Rebelles et faux rebelles

Éléments n°132 : Rebelles et faux rebelles

La plus grande victoire du système est d’avoir persuadé les esprits, non de ses qualités, mais de son caractère fatal (…).
Mais le pire n’est pas là. Le pire est que le système ne peut plus être contesté, non plus tant parce qu’il refuse et sanctionne la contestation, mais parce qu’il l’absorbe et la digère, s’immunisant ainsi contre elle. Ce ne sont pas seulement les faux rebelles qui sont en cause. S’ajoutant aux « repentis » et aux ralliés, les faux rebelles sont ceux qui prétendent s’en prendre aux tabous dominants, alors qu’ils n’enfoncent plus depuis longtemps que des portes ouvertes et n’affichent que des insolences calculées, propres tout au plus à leur faire attribuer la rentable position de bouffon de cour ou d’opposition de confort (…).
Quand l’histoire resurgit, c’est toujours sous des formes inédites, propres à décevoir les nostalgiques qui rêvaient d’un simple retour au vieil ordre des choses. Nous allons vers ces choses inédites. Nous ne savons pas ce qu’elles seront, et nous ne les feront pas advenir. Elles adviendront d’elles-mêmes. La véritable secousse systémique sera interne au système, mais extérieure à la volonté des hommes qui, de toute façon, ne savent jamais l’histoire qu’ils font. L’histoire n’est pas tant ouverte qu’imprévisible. Tout ce qui dans l’histoire a fait du bruit a été précédé d’un grand silence. Katastrophê veut dire retournement. Même aux époques de basses eaux, la marée, un jour, finit par venir.

Au sommaire :
« La rébellion est-elle possible ? », par Pierre Bérard
« La maladie infantile du capitalisme », par François Bousquet
« Les vrais rebelles de Rébellion », par Pierre Le Vigan
« Unabomber contre le système industriel », entretien avec Slobodan Despot

Et aussi…
« Jo Privat, l’aristocrate du bal-musette », par Robin Turgis
« Ce que Cioran a été chercher dans notre langue », par Jean-François Gautier
« Jean Cau jusque devant le taureau », par Michel Déjus
« Le rappel à l’ordre de Julien Gracq », par Frédéric Guchemand
« Gabriel Matzneff encore et toujours », par Luc-Olivier d’Algange
« La RATP censure Tati et Carax leur dit merde », par Ludovic Maubreuil
« Pourquoi la démocratie doit être réinventée », par Alain de Benoist
« Les grandes illusions de la bioéthique », par Jean-François Gautier
« Edgar Poe hors du temps et hors de l’espace », entretien avec Jean Hautepierre
« Le cœur à gauche et le cerveau à droite », entretien avec Roland Duval
« Pour choisir un prénom en connaissance de cause », entretien avec Alain de Benoist