Nouvelle École n°56 : Knut Hamsun

Nouvelle École n°56 : Knut Hamsun

Il y a un mystère Knut Hamsun. Alors même que la quasi-totalité de son œuvre a été traduite en français, alors même qu’on a tiré de ses ouvrages de très nombreux films ou téléfilms, alors même que, contrairement à tant d’autres, ses livres ne sont « ni vieillis ni démodés » (Hubert Nyssen), il reste encore méconnu du public français. Prix Nobel de littérature en 1920, souvent comparé à Dickens, à Ibsen ou encore à Gorki, Knut Hamsun n’a pourtant pas été seulement le rénovateur de la langue norvégienne et le plus grand écrivain norvégien du XXe siècle – ce qui est déjà beaucoup. Dans sa préface à l’édition américaine de Faim, Isaac Bashevis Singer (qui traduisit Victoria en yiddish) écrit que « toute la littérature moderne de ce siècle prend sa source chez lui ».

Au sommaire :
« La vie et l’environnement culturel de Knut Hamsun », par Tarmo Kunnas
« Knut Hamsun comme révolutionnaire du roman », par Tarmo Kunnas
« Bibliographie de Knut Hamsun », par Alain de Benoist
« Les idées politiques et sociales de Knut Hamsun », par Tarmo Kunnas
« Heurs et tragédies du héros hamsunien », par Michel d’Urance
« Dans la rue », une nouvelle inédite de Knut Hamsun

Et aussi…
« Bibliographie » 
« Physique et systémique : un regard sur la totalité », par Frédéric Mirefleurs
« Le centenaire de Hannah Arendt », par Alain de Benoist
« Méditations dionysiennes », par Luc-Olivier d’Algange 
« Nécrologie », Jean-Louis Foncine, Ernst Mayr, Jean Mabire