Nouvelle École n°55 : Géopolitique

Nouvelle École n°55 : Géopolitique

Dans le passé, la géopolitique exerçait ses contraintes principalement au niveau des États qui, de nos jours, au moins dans l’hémisphère occidental, semblent être entrés dans une crise irréversible. Aujourd’hui, elle révèle des logiques continentales, que les agissements désordonnés des États ont longtemps masquées, mais qui sont plus fondamentales que jamais. Elle aide à raisonner en termes, non plus de pays, mais de continents. La Mer contre la Terre, aujourd’hui, c’est les États-Unis d’Amérique contre le « reste du monde », et d’abord contre le bloc continental européen. L’axe Madrid-Paris-Berlin-Moscou acquiert dans cette perspective toute son importance, parallèlement à l’axe Moscou-Téhéran-New Delhi. Le bloc germano-russe reste au cœur du « centre mondial ». C’est pourquoi le sort du monde dépend de l’alliance de ces deux pays. Là aussi, la chute du système soviétique a éclairci les fronts. L’inconnue chinoise domine tout le reste.

Au sommaire :
« Une présentation analytique de la géopolitique », par Aymeric Chauprade
« Stratégies du pétrole », par Pierre-Marie Gallois
« Démographie et géopolitique : l’Union européenne, première destination des émigrants du Tiers-monde », par Philippe Bourcier de Carbon
« L’impératif de l’Eurasie », par Côme Carpentier de Gourdon
« De la dialectique géopolitique. Logique européenne, logique eurasiatique », par Sacha Papovic
« Géopolitique appliquée : le cas de l’Inde », par Michel Lhomme
« La géopolitique en question », par Hervé Coutau-Bégarie

Et aussi…
« Bibliographie »
« Jünger- Heidegger-Nietzsche : trois conférences », par Alain de Benoist
« Politique, philosophie et bien commun », par Alasdair Macintyre
« L’individu moderne, entre addictions et appartenances », par Pierre Le Vigan
« Nécrologie », Frédéric Durand, Bengt Löfstedt, Robert Schilling