Éléments n°124 : La gouvernance, c’est la mise à mort de la démocratie

Éléments n°124 : La gouvernance, c’est la mise à mort de la démocratie

Il n’y a aujourd’hui plus beaucoup d’hommes de gauche pour dénoncer la démocratie, à la façon de Karl Marx, comme une procé­dure de classe inventée par la bourgeoisie pour désarmer et domestiquer le prolétariat, ni beaucoup d’hommes de droite pour soutenir, à la façon des contre-révolutionnaires, qu’elle se ramène à la « loi du nombre » et au « règne des incompétents » (sans jamais être capables, d’ailleurs, de dire exactement ce qu’ils aimeraient mettre à sa place). À de rares excep­tions près, ce n’est plus entre partisans et adversaires de la démocratie que l’on s’oppose de nos jours, mais exclusivement entre ses partisans, au nom des différentes façons de la concevoir.

Au sommaire :
« La gouvernance, histoire et doctrines d’une idée liberticide », par Alain de Benoist
« La gouvernance, l’OPA des oligarchies sur la démocratie », par Alain de Benoist

Et aussi…
« Les nouveaux livres d’Alain de Benoist », par Paul Masquelier
« Moi, Jacques Attali, prophète du pire des mondes… impossibles », par Fabrice Moracchini
« Des décroissants qui croassent… », par François Bousquet
« Ce qui fait courir Jean-Marie Legrand », par Michel Marmin