Éléments n°108 : Ubuch Imperator

Éléments n°108 : Ubuch Imperator

Le point commun de toutes ces démarches hystériques, c’est de couper le monde en deux. Comme Ben Laden, le très pieux George W. Bush tue au nom de Dieu. En voulant procéder à l’ablation du Mal contre le « reste du monde », en voulant exporter le Bien à coups de canon, il donne le ton. Comme lui, de plus en plus, on voit les gens ne plus vouloir connaître que deux catégories : nous et les autres. Les autres sont le mal, nous sommes les bons. « Qui n’est pas avec nous est contre nous », ce qui signifie qu’il n’y a plus de tiers, plus de conci­liation possible avec l’ennemi. Ce qui disparaît, c’est la dimension d’ob­jectivité, celle qui refuse l’extériorité diabolique. C’est celle que tra­quent les factions déchaînées. « Il vient toujours un moment dans l’his­toire, disait Albert Camus, où celui qui ose dire que deux et deux font quatre est puni de mort ».

Au sommaire :
« Les journalistes-flics du “Monde” »
« Blandine et Alexandre : plus forts que Laurel et Hardy ! », par Jean-Claude Maurin
« Fièvre épuratrice dans l’intelligentsia », par Jean-Claude Maurin

Et aussi…
« Les coulisses de la guerre de Ubush », par Alain de Benoist
« Hannah Arendt face à la modernité », par Éric Werner
« La statue creuse de Pierre Boutang », par Fabrice Moracchini
« Sortir de l’impasse Adam Smith avec Christopher Lasch », par Norbert Kanchelkis
« Faut-il traîner les baroqueux en justice ? », par Gérard Zwang