Éléments n°91 : Le défi multiculturel

Éléments n°91 : Le défi multiculturel

Le communautarisme n’assigne personne à une identité communautaire essentialisée ou figée. Il ne vise en aucune façon à créer entre les communautés des cloisons étanches, mais au contraire à faciliter une communication dialogique, et donc féconde, entre des groupes clairement situés les uns par rapport aux autres. Il est de ce point de vue un auxiliaire de la communication inter­culturelle, parce qu’il pose en principe que « qui n’a pas fait l’expérience de l’identité, au sens fort du terme, n’est pas même capable de reconnaître l’altérité » (Michel Walzer). Soucieux avant tout de la nécessité de respecter la biodiversité culturelle de l’humanité, il offre la possibilité à ceux qui le sou­haitent de ne pas devoir payer leur intégration sociale de l’oubli de leurs ra­cines. Prenant acte du formidable désir postmoderne de reconnaissance des groupes, il offre par là un modèle qui ne rejette personne, au contraire du modèle nationiste-assimilationniste qui, quoi qu’on en dise, ne peut qu’en­gendrer l’apartheid, parce que ses principes le condamnent à rejeter radi­calement tous ceux qu’il ne parvient pas à assimiler

Au sommaire :
« La force des différences », par Charles Champetier
« Biologie et idéologie »
« La mal-mesure de Stephen-Jay Gould », par Jean-Philippe Rushton
« Comment on censure Darwin ! », par Charles Champetier

Et aussi…
« Le roman de notre temps », par Dominique Venner
« Voici venu le temps des films “fascistes” », par Ludovic Maubreuil
« De l’Autriche et de la Nouvelle Droite », entretien avec Jürgen Hatzenbichler
« À propos de Vichy », par Francis Beaumont
« Quand la France faisait danser l’Europe », entretien avec Olivier Marmin
« Ananda Kentish Coomaraswamy », par Arnaud Guyot-Jeannin
« Céline sans chemise brune », entretien avec Marc Laudelout
« Vigny le païen », par Jacques Delort
« Néron, l’empereur calomnié », par Robert de Herte